WordPress

TRANSAT JACQUES VABRE

Le duo Florian Gueguen – Raphaël Auffret, 37ème à Fort-de-France

Ce vendredi 3 décembre à 11h58, Florian Gueguen et Raphaël Auffret ont bouclé les 4 580 milles théoriques du parcours de la 15e édition de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre, terminant ainsi l’épreuve en 37e position dans la catégorie des Class40. Si leur résultat est en-deçà de leurs attentes, les deux hommes de l’Équipe Voile Parkinson ont toutefois faire preuve de beaucoup de détermination et d’abnégation. En effet, après un début de course contrarié par la casse de leur bout-dehors – une avarie qui les a obligés à effectuer un pit-stop à Cherbourg -, ils ont à la fois fait preuve de volonté et d’opiniâtreté jusque dans les derniers milles malgré des conditions météorologiques pour le moins atypiques, une erreur stratégique au large de la pointe Bretagne et les multiples passages à niveaux qui se sont quasiment systématiquement refermés devant eux lors des dix premiers jours de course. Au final, les co-skippers ont fait preuve d’un grand sens marin, porter haut les couleurs de l’association France Parkinson et engranger une expérience précieuse pour la suite. De bon augure avant la Route du Rhum 2022 !

Cette édition 2021 de la Route du Café a décidément réservé bien des surprises à l’ensemble des 79 duos en lice, à commencer par une météo atypique. Et ce ne sont pas Florian Gueguen et Raphaël Auffret qui affirmeront le contraire. Pour eux, les choses ont pris une drôle de tournure seulement une heure trente après le coup d’envoi de l’épreuve, au large des côtes Normandes. En cause, la casse de leur bout-dehors. « Cette avarie nous a obligés à nous arrêter à Cherbourg-en-Corentin. Elle nous a coûté quatre heures et une marée. Après, heureusement, les conditions nous ont permis de recoller à la queue du peloton assez rapidement mais dans la foulée, on a commis notre plus grosse erreur tactique de toute la course », a commenté Raphaël Auffret. De fait, en choisissant de passer dans le chenal du Four plutôt que de passer à l’extérieur d’Ouessant, lui et son co-équipier se sont fait malmener par le courant, laissant alors s’échapper le gros du paquet. « Dans la foulée, on a vu toutes les portes se refermer devant nous. On n’a, certes, pas été les seuls, mais ça n’a pas été simple de voir le vent mollir 20 ou 30 milles devant nous à chaque fois. Ce qui s’est passé a été un concours de circonstances assez dingo. On a constamment espéré revenir mais à quatre reprises on s’est fait piéger dans la pétole, et pas seulement pendant 2 ou 3 heures mais pendant 12 ou 24 heures ! On n’a, malgré tout, pas trop mal négocié ces phases délicates par rapport à certains mais c’était hyper dur sur le plan psychologique de voir les bateaux de tête continuer d’avancer à 7 ou 8 nœuds quand de notre côté, on était tanqués et on perdait 24 heures à chaque fois », a détaillé le skipper de l’Équipe Voile Parkinson.

« Des milles au compteur et de l’apprentissage »
« Ça a vraiment été une course de timings, avec une foule de passages à niveau. C’est constamment parti par devant. Ça a été particulièrement dur pour les nerfs. On a fait ce qu’on a pu avec ce qu’on avait mais franchement, les calculs n’ont pas été bons. On a fait preuve de malchance. Après, comme je l’ai déjà dit, on a fait une énorme bêtise lors du passage de la pointe Bretagne. Ceux qui sont passés à l’extérieur d’Ouessant ont réussi à revenir au score, pas nous. C’est comme ça. On est loin de l’objectif du Top 20 que l’on s’était fixé. On aurait bien aimé finir en milieu de tableau. Au bout du compte, ça restera cependant une belle expérience, avec des milles au compteurs et de l’apprentissage », a détaillé Raphaël qui, comme son acolyte, a fait preuve de beaucoup d’abnégation lors de ces presque 27 jours de mer, se remobilisant systématiquement et avec panache après chaque coup dur, et ce jusque dans les derniers milles. « Ça a été long et compliqué jusqu’au dernier moment. Il a fallu trouver les ressources à chaque fois. A la fin, on n’avait plus connexion internet. On n’avait donc plus les positions de nos concurrents mais en arrivant au sud de la Martinique, on s’est rendu-compte qu’on était devant les Néerlandais de Sec Havai. Ils nous ont finalement redoublés au passage de la dernière pointe mais c’était sympa de finir la course en mode régate. On se dit qu’on aurait pu faire mieux mais avec des « si », on referait le monde, alors… », a ajouté Florian Gueguen, le regard d’ores et déjà tourné vers la suite, en l’occurrence la Route du Rhum 2022. 

#CHANGERLEREGARDSURLAMALADIE
#CHAQUEPASESTUNECONQUETE
#CHAQUEMILLEESTUNECONQUETE

À propos d’Équipe Voile Parkinson
L’objectif principal du projet « Équipe Voile Parkinson » est de sensibiliser et faire changer le regard du grand public sur la maladie de Parkinson. Touché de près par cette affection neurodégénérative puisque son grand-père en a été atteint à l’âge de 62 ans, Florian Gueguen a su séduire et fédérer une équipe de passionnés ainsi que des partenaires investis autour d’une cause commune et d’un projet sportif. Née à la fin de l’année 2017, cette aventure humaine se poursuit avec en ligne de mire, la prochaine Transat Jacques Vabre et la Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2022. Depuis sa création, de nombreuses personnes atteintes par la maladie de Parkinson ont su se retrouver dans ce défi sportif, qui laissait place au rêve et au dépassement de soi, ainsi que l’ont prouvé de nombreux témoignages reçus ou lors de rencontres sur les villages de départ et d’arrivée de grandes courses au large.
Porter haut les couleurs de l’association France Parkinson et lui apporter le coup de projecteur dont elle a besoin à l’occasion des plus grands évènements véliques : telle est l’ambition de Florian Gueguen qui, après deux années de transition, compte désormais passer à la vitesse supérieure, avec des objectifs avoués de performance. Déterminé à construire consciencieusement les choses, sans griller les étapes, le Cancalais affiche un projet ambitieux mais raisonnable.
Plus d’informations : https://equipevoileparkinson.com

À propos de France Parkinson
France Parkinson est une association créée en 1984 par le professeur Yves Agid et reconnue d’utilité publique. Forte d’un réseau de plus 70 comités locaux, plus de 450 bénévoles et plus de 10 000 adhérents/donateurs, les missions sociales de France Parkinson sont les suivantes : 
– Soutenir et assister les malades et leurs aidants
– Informer sur la maladie, les traitements et les aides
– Sensibiliser l’opinion et les pouvoirs publics
– Dynamiser la recherche France Parkinson souhaite renforcer le lien entre les malades, les proches et les différents intervenants médicaux et sociaux. Les priorités du malade sont de comprendre sa maladie pour vivre au mieux le quotidien et d’avoir accès aux structures dont il a besoin. Le progrès de la recherche conditionne quant à lui une amélioration du traitement, du diagnostic et de la compréhension de la maladie. Au-delà du malade lui-même, les proches et ceux nommés aidants sont fortement sollicités et demandent également éléments de compréhension et explications quant à la maladie. France Parkinson a également pour préoccupation de sensibiliser le grand public à la maladie de Parkinson et est engagée dans une campagne de communication sur le thème de « changeons le regard ». Toute action de nature à modifier les préjugés liés à la maladie de Parkinson est la bienvenue pour faire avancer ce sujet, qui est au-delà de l’aspect médical de la pathologie, une question sociétale et sociale d’envergure.
Plus d’informations : https://www.franceparkinson.fr

1 réflexion sur “TRANSAT JACQUES VABRE”

  1. Yannick Auffret - Lorient

    “avec de si, on referait le monde”, accepter les contraintes et les imprévues, reconnaitre ses erreurs et s’adapter, rebondir et ne rien lâcher face aux obstacles, pour finalement apprendre de cette belle aventure humaine !
    Félicitations aux navigateurs et à l’équipe à terre ! (on attend la prochaine course)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.