WordPress

ROUTE DU RHUM / Après la montée…

… enfin la descente !

Ce vendredi, alors qu’il évolue entre Madère et les Canaries en latitude et entame son dixième jour de course dans la 12e Route du Rhum – Destination Guadeloupe, Florian Gueguen évolue au portant. Une première depuis le départ.

« Ça fait du bien d’être enfin à plat ! Finis les bottes et les cirés ? Les températures remontent nettement mais le short et le tee-shirt ne sont pas encore de sortie. La nuit dernière s’est déroulée dans 25 nœuds de vent établis. C’était humide et quand même un peu stressant d’autant qu’après neufs jours passés au près, la transition a été quelque-peu brutale », a commenté le skipper du Class40 Dopamine Sailing Team qui a donc radicalement changé de mode et évolue sous spi à presque dix nœuds de moyenne.

« Là, je glisse tranquillement. Je suis un peu sous toilé mais le vent ne devrait pas tarder à remonter et je ne veux pas me faire surprendre comme la nuit dernière », a indiqué le Cancalais qui a par ailleurs remplacé les sandwiches des premiers jours par des premiers plats chauds. « Je mange, mais pas encore suffisamment. Je pense en fait que c’est parce que je ne me suis pas beaucoup alimenté jusqu’à maintenant », a relaté Florian, pointé en 33e position au sein de la flotte, avec Franz Bouvet dans son viseur.

« Je cravache mais aujourd’hui j’ai des petits soucis de pilote. J’espère réussir à les solutionner rapidement car les prochains jours vont être quand même assez musclés. Avec un pilote capricieux, je risque de trouver ça moins drôle ! », a ajouté le navigateur dont l’organisme, comme le bateau, a été mis à rude épreuve lors de cette première semaine de course. « J’ai un peu de mal à me réveiller. C’est sûrement dû au fait que ces derniers jours ont tiré un peu psychologiquement. Elle est exigeante cette transat ! », a terminé Florian.

SkillCoast | Media – Lucien Le Noan – Mariage Laura Gardan Laura Suzanne Smith Cancale Octobre 2021

1 réflexion sur “ROUTE DU RHUM / Après la montée…”

  1. Isabelle Saint Genez

    A Florian
    Oui ces courses transatlantiques sont exigeantes
    Je vous crois et moi qui ne suis pas un loup de mer vous admiré
    Et vous souhaite de continuer la course jusqu’à bon port..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.